M un peu triste...

Publié le par Mormax

M un peu triste...

Ce jour, dès qu il passe la porte de la maison, après l école, je comprends que ce n est pas la grande forme. Il est fermé, pas de coucou sympathique, joyeux comme souvent même si sa journée a été longue est difficile ... Mais il ne veut pas m inquiéter, il fait comme si tout allait bien . Autre explication, une fois qu il a passé le seuil de la porte, il zappe l école !

Mais aujourd'hui, comme je disais, c est différent. Je parle de tout et de rien, des infos du jour, il me répond laconiquement puis il me demande si j ai eu la confirmation du rdv de demain pour Le Conseil de Vigilance. (Voir Humeur du jour - 2).

En fait, cela l inquiète un peu ... Je le rassure en disant qu ils suivent leurs procédures, leur règlement, qu ils ne savent pas vraiment quoi faire face à un profil comme le sien et qu ils se protègent au cas où.... Je lui dis qu il faudra tout de même qu il parle, qu il se défende ou qu il se justifie un minimum. Il me répond qu il ne dira rien car ça ne servirait à rien, ils ne veulent pas comprendre, ils ne peuvent pas comprendre ! ça promet !

Et pire encore, au cours de notre conversation, je comprends que maintenant, ils doutent de ses troubles d apprentissage. Je m explique : à force d entendre de la part de certains profs que nous exagérons avec les troubles d apprentissage, et les dys, et qu il est juste un fumiste et un fainéant, hé bien il pense qu il n a pas de troubles d apprentissage et qu il est juste fainéant !!!!

Incroyable cet effet pygmalion négatif !

Je lui rappelle alors que nous n avons pas cherché désespérément une neuropsy sans délai d attente d un an pour entendre cela (sans oublier le coût des tests et des séances). Les résultats sont là, ce n est pas une invention ! Et je lui demande alors de m apprendre sur le champs, une phrase de 2 lignes pour tester sa mémorisation. Il me répond, ha oui, c est vrai, tu as raison.

Ouh la la ....

Bref, je vous raconterai le rdv de demain ce week end.

A bientôt.

Publié dans M au quotidien

Commenter cet article